OSCAP - Outraged South African Citizens Against Rhino Poaching

SA Rhino News and Articles

SA Rhino News and Articles
16 Jun

Dites non au commerce des cornes de rhinocéros

 

 

http://www.gopetition.com/petitions/dites-non-au-commerce-des-cornes-de-rhinoc%C3%A9ros.html

Le lobby pro-commerce a essayé de justifier la légalisation du commerce de la corne de rhinocéros en termes économiques. Ces justifications sont basées sur des hypothèses dangereuses et incomplètes, elles sont également souvent proposées par ceux qui ont un intérêt financier dans ce genre de commerce.

Hypothèse 1: La légalisation empêchera le braconnage. Au contraire, la libéralisation du commerce a le potentiel d’augmenter le braconnage jusqu’à un niveau insupportable dû à une hausse des prix suivant la hausse de la demande. Le tout conduisant au déclin de la population de rhinocéros. Le commerce légal amènerait des capitaux plus que bien venus aux parcs et réserves nationales sud-africaines, mais il serait moralement répréhensible et irresponsable de promouvoir le commerce des cornes de rhinocéros dans le futur sans que d’autres sources de revenus n’aient étés identifiées.
Hypothèse 2 : La demande reste stable. Les avocats de la libéralisation du commerce prévoient que le commerce libéralisé augmentera suffisamment pour faire descendre les prix. Cette prédiction s’appuie sur l’hypothèse dangereuse que la demande n’augmentera pas de manière significative dans le future et qu’il y a assez de cornes su le marché pour la satisfaire. Lors de la légalisation de marchés illégaux de nouveaux consommateurs entre en jeux faisant augmenter la demande et ainsi les prix. Si le prix augmente l’hypothèse n’est pas viable. La vérité est que les chiffres sur la demande sont inexacts ou inconnus, sans ces données, l’argumentation autour de prix à la baisse avec une offre en augmentation constant ne peut pas être soutenue.

Hypothèse 3 : Toutes les transactions seront légales. Les avocats de la libéralisation suggèrent que le marché légal organisé par le CSO (Centralized Selling Organization) remplaceront les transactions au marché noir. Mais le fait même d’organiser le marché en restreignant le nombre de participants et les quantités vendues va créer un marché parallèle. Ce marché n’étant soumis à aucunes taxes le profit en résultant y sera plus grand. Cette notion que la libéralisation du marché éliminerait les transactions illégales démontre d’une certaine naïveté ainsi que le manque de connaissance du crime organisé et des marchés.

Sur cette seule base, toutes considérations de légalisation du commerce est un jugement imparfait, dangereux qui pourrait déboucher sur une augmentation de la demande et finalement sur l’extinction des rhinocéros en liberté.

Nous faisons appel au gouvernement d’Afrique du Sud pour qu’il rejette tout changement aux annotations actuelles du CITES Appendix II relative à la population sud africaine du rhinocéros blanc et ne permette aucunes transactions commerciales de cornes de rhinocéros.